Excite

Menu de Noël : pas de kilos surprise

Que l’on soit foie gras, fruits de mer ou tartiflette, le menu de Noël est généralement désastreux pour la balance. Des chercheurs belges ont mené une étude qui démontre que l’on peut manger gras et sucré sans (trop) grossir.

L’étude portait sur le rôle de l’insuline dans l’apparition du diabète et de l’embonpoint. Selon eux, une rotation rapide des graisses dans les muscles maintient la sensibilité à l’insuline. Elle empêche de grossir et de développer le diabète. Leur étude a porté sur trois groupes soumis à des régimes alimentaires enrichis de 30% en termes de calories. Le premier groupe ne faisait aucune activité physique, le deuxième, une activité le matin à jeun et le troisième, une activité après le petit-déjeuner. Au bout de six semaines, les premiers ont pris 3 kilos contre 700 grammes pour les deuxièmes. Le troisième groupe se situe au milieu avec 1.4 kilos.

La solution serait donc de faire du sport le matin pour compenser les excès du réveillon de Noël. Pour ceux qui comptent continuer à festoyer le 25, il faudra absolument éviter de penser, la veille, qu’ils devront s’activer le lendemain au saut du lit en prévision du reste de la journée. La dépression guette.

A noter tout de même que les activités sportives se composaient de quatre séances de vélo et de course intenses pour une durée totale de cinq heures par semaine. Bref, pas de miracle, même pour le repas de Noël, puisque ‘manger plus gras, plus sucré’ implique forcément ‘bouger beaucoup plus’.

Source Photo : Ollie Crafoord (flickr.com)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017